Les tarifs de cantine, l’équation impossible ! Exemple de la mauvaise gestion municipale

Depuis un an que les parents d’élèves râlent contre les tarifs de la cantine. Cela fait suite à la modification de la règle de calcul qui attribue un tarif par famille. Cette modification a engendré une augmentation de près de 34% faisant passer le tarif à 7,85 euros pour certains parents. Toutefois, cette situation n’est que l’arbre qui cache la forêt et un problème plus profond dans la gestion municipale : l’absence totale de pragmatisme !

 

  1. La hausse des tarifs de cantine.

L’an dernier, la municipalité avait décidé de revoir la répartition des tarifs de cantine en fonction du quotient familial (QF) avec pour conséquence l’augmentation drastique des tarifs de cantine. De surcroît, les familles participaient désormais à 60% du prix du repas contre 50% les années précédentes. Evidemment, les parents se sont plaints et ont été partiellement entendus. Ainsi, cette année pour corriger le tir, la municipalité a fait le choix de revenir à une prise en charge du prix du repas de 50%. Toutefois, le compte n’y est pas.

Ainsi les familles modestes ont vu augmenter leurs tarifs de cantine de plus de 11% en deux ans ! Quand bien même, il a baissé pour les QF intermédiaires, il a augmenté de près de 10% en deux ans pour les QF les plus « élevés ». Ainsi le tarif de cantine oscille entre 0,58€ et 6,63€ par repas.

Toutefois ces atermoiements ne sont que la conséquence de la gestion hasardeuse d’une situation intenable. Et c’est bien du coût du repas qu’il va falloir parler !

  1. Le coût du repas explose et les familles trinquent

Le cœur du problème existe depuis des années : la ville achète trop cher ses repas. A Gentilly, un repas de cantine pour nos enfants coûte 14,00 euros. Ce prix a augmenté de 5,6% depuis l’an dernier et de 15,4% depuis 2014 ! Peu de Gentilléens peuvent se vanter d’avoir vu leurs revenus augmenter d’autant.

Vous me rétorquerez que la qualité de la nourriture pour nos enfants vaut bien ce prix-là. Et vous auriez raison. Hélas, je crois que là-dessus nos jeunes pousses sont peu satisfaites du contenu de leurs assiettes à la cantine. Sans parler de l’absence de choix en fin de service, pour les entrées et les desserts, quand il en reste… Mais pourquoi est-ce donc si chère ?

Le fournisseur de nos chers repas est le Sidoresto qui se définit comme le Syndicat Intercommunal dans le Domaine de la Restauration pour Gentilly et Vitry sur Seine. Dirigé par des élus dont ce n’est pas la compétence première. La restauration collective est un métier qui ne s’invente pas. On peut largement comprendre que les coûts explosent. Toutefois, c’est gênant lorsque c’est le contribuable et surtout les familles qui payent l’amateurisme de quelques-uns.

Ainsi, le Sidoresto réalise 8 000 repas par jours, pour une capacité de production de 11 000 repas. A 73% d’occupation, on peut comprendre que les repas de cantine soient si chers !

De plus, il semblerait que des travaux de désamiantage doivent avoir lieu dans leurs locaux à partir du 1er janvier 2017. Vous étiez au courant ? Moi pas. Et pour le coup, c’est encore moins rassurant pour nos enfants.

Quelle aurait été la bonne décision ?

La délégation de service public. Comme nombre de mairies le font. C’est-à-dire confier à une entreprise dont c’est le métier la réalisation de ces repas. A elle la responsabilité d’ajuster les moyens pour atteindre les critères de qualité demandés par la ville.

Cerise sur le gâteau avec une telle solution : Vous pourriez annuler le repas de votre enfant à la cantine jusqu’au matin même. Il va déjeuner chez un copain ou il est malade ? C’est votre porte-monnaie qui est gagnant et le nôtre aussi. A quand le pragmatisme ?

 

Par Benoît Crespin,

Président de Gentilly-Entente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.