Merci pour votre confiance

Par Sacha Kley

Les 5 élus de la liste “Gentilly Renouveau 2014”, emmenée par Benoît Crespin, remercient les Gentilléens pour leur confiance. Ils nous ont permis de réunir 31,92% des suffrages et de réaliser une progression historique de 62% par rapport à 2008! Ainsi vous avez exprimé le désir de changement et de renouveau. Vous avez courageusement ouvert la voie et dit haut et fort ce que nombre d’entre nous réclament : un renouveau pour Gentilly. Soyez-en, du fond du cœur, remerciés. Votre confiance nous oblige, nous engage : nous ne faiblirons pas !
A Gentilly comme partout en France, les électeurs se sont exprimés pour sanctionner le gouvernement et ses alliés communistes et écolos aux abois. L’ampleur de leur défaite est historique : 155 villes perdues dont les retentissantes Villejuif, Bobigny ou Saint Ouen dirigées depuis près d’un siècle sans partage par l’ultra gauche. Localement, l’union des oppositions soutenue par Gentilly-Entente, l’UMP, l’UDI et le MoDem a montré un nouveau visage avec une équipe renouvelée, soucieuse de ses anciens et plus que jamais déterminée à poursuivre cette dynamique de conquête.
Il faut du courage et de la détermination pour affirmer la vérité dans notre ville. Oui, il est difficile à Gentilly de dire et même de relever ce qui est criant : les valeurs démocratiques tant ressassées n’y sont que mots, rien que des mots. Avec des attaques et des coups bas, des rumeurs et des procès d’intention, des intimidations et des mensonges, le combat a été rude ; mais nous avons tenu bon et nous n’avons pas à rougir de notre résultat.
Lorsqu’une majorité est élue avec 3338 voix dans une ville de 17000 habitants, elle ne reflète que la mobilisation, incontestablement efficace, de 20 % des Gentilléens. L’abstention de 48% d’entre vous révèle la cassure profonde entre les Gentilléens et leurs dirigeants.
Le message des abstentionnistes doit être entendu. Il est clair : “cessez de répéter ces pratiques d’un autre âge et redonnez à la politique ses lettres d’or”. Il faut avoir le courage de dire et la volonté de faire.
Dans l’océan des compromissions, le cas socialiste local est des plus remarquables. Dans la droite ligne d’un Président élu grâce au soutien de l’extrême gauche, les socialistes gentilléens se sont empressés de s’accorder avec la majorité communiste sortante, passant, de fait, de l’opposition de 2008 à la majorité de 2014. Ces mêmes communistes qui, au Sénat, à l’Assemblée Nationale, sur les plateaux télé, s’empressent de marquer leur distance avec la majorité gouvernementale. Bilan : la liste d’union de la gauche gagne 300 voix sur les 1700 électeurs socialistes de 2008. La récompense ne s’est pas fait attendre : aucun poste d’adjoint pour les socialistes. Masochisme politique s’il en est.
Loin de ces tambouilles et guerres d’égo, l’exemple de Villejuif doit nous ouvrir la voie. Las d’un système à bout de souffle, quatre listes à la convergence programmatique forte s’entendent pour faire battre un maire sortant qui peine à réunir un tiers des suffrages exprimés au premier tour. Bilan : 6 points de participation supplémentaires au second tour et Villejuif élit, pour la première fois depuis 1925, un maire libre.
Cet exemple doit nous servir de modèle pour préparer, pendant les 6 années à venir, l’alternance que chacun souhaite : la modération fiscale, une ville plus sûre, tournée vers l’emploi et qui offre à sa jeunesse excellence éducative et qualité de vie. C’est notre engagement dans une opposition à votre service.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.