Nouveau quotient familial : la refonte ne doit pas pénaliser les plus modestes à Gentilly

Lors du Conseil municipal exceptionnel du 12 mars 2018, était étudiée la refonte du Quotient Familial à Gentilly. Le mécanisme actuel, déjà refondu en 2009, présentait un certain nombre d’écueils. Il exigeait notamment que les services municipaux sollicitent des documents sur les loyers des Gentilléens auxquels ils n’ont pas le droit d’avoir accès. En outre, cette refonte va permettre l’utilisation des informations fournies par les familles à CAF, d’informatiser les démarches mais également de supprimer les effets de seuil existants et de passer à un taux d’effort, plus lisible (passant d’un montant fixe -le QF- à un taux d’effort -en %- allant entre 7,5% et 70%).

Le nouveau quotient familial : une démarche louable mais qui renforce les inégalités !

Sur la démarche, le groupe Gentilly-Entente se satisfaisait que ce sujet soit enfin pris à bras le corps. Après 3 ans de plainte de notre part concernant le système actuel qui nous paraissait aussi inéquitable qu’inadapté ! Toutefois, nous avons été surpris de l’impréparation complète de la présentation : impossibilité d’avoir des exemples clairs dans un premier temps. Obtenus à force d’insistance. Puis mauvaise fois évidente quand il a s’agissait d’obtenir des comparatifs précis pour savoir quels aillaient être les impacts pour les familles gentilléennes. Là encore, il a fallu s’énerver pour avoir des chiffres précis pourtant réalisés et disponibles ! C’est bien malheureux que sur un sujet aussi essentiel, la majorité fasse de la rétention d’information et préfère focaliser les débats sur l’accès aux données plutôt que sur le fond du sujet.

De façon très claire et assumée, le groupe Gentilly-Entente a voté contre cette refonte. Si quelques objectifs structurels louables ont été atteints (lisibilité, progressivité et informatisation), la transition concernant les tarifs de la cantine se paye cash pour les familles les plus modestes.

Deux exemples de l’impact néfaste pour les familles

Prenons un exemple,  les familles les plus modestes payent aujourd’hui, 0,59 euros le repas. En septembre, ce même repas leur coûtera 0,72 euros. Soit 22% d’augmentation pour ces familles qui doivent être aidées en priorité ! Cette décision est loin d’être le message de solidarité et de soutien pourtant affiché par la majorité. Le groupe Gentilly-Entente ne pouvait cautionner cette démarche.

Autre exemple fournit par l’exécutif municipal, une famille dont les parents sont en couple et gagnent 1100 euros nets par mois. Ils ont deux enfants. Leur taux d’effort sera de 11,48%. C’est bien plus que les 7,5% représentants le plancher de ce nouveau système. Pourtant, pour un couple avec deux enfants, leurs revenus sont en dessous du RSA… Ils sont loin de faire partie des grandes fortunes françaises ! Là encore, c’est un mauvais message que la ville envoie aux Gentilléens qui pâtissent du manque d’emploi et d’une grande précarité dans notre ville. Un fois de plus, l’opposition ne pouvait pas cautionner cette décision.

C’est donc bien parce que cette refonte se fait au détriment des Gentilléens les plus modestes que le groupe Gentilly-Entente a voté contre.

La ficelle : une proposition de solidarité volontaire

Nous avons également proposé que des mécanismes de solidarité volontaire soient mis en place. Par exemple, sur le modèle de la ficelle qui existe dans certains cafés ou boulangeries, où des clients payent d’avance un café ou une baguette. Permettant ainsi aux plus démunis d’en profiter plus tard. Ainsi, nous aurions pu imaginer que des Gentilléens puissent exprimer leur solidarité à l’égard des plus faibles en payant un ou plusieurs repas pour des familles dans le besoin. Les Gentilléennes et les Gentilléens auraient, nous en sommes sûrs, fait preuve de leur générosité !

Benoît Crespin

Gentilly, le 14 mars 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.