Orientations budgétaires de Gentilly : le Monopoly tourne mal !

Depuis des années, l’opposition n’a de cesse de dénoncer la politique dispendieuse assumée par les communistes à la tête de notre commune. Suite à la baisse de dotations de l’Etat, la majorité mène désormais une politique ambigüe pour Gentilly. Ainsi, nous appelions à une gestion rigoureuse des deniers publics, notamment en limitant les emplois municipaux et les dépenses inutiles. Rattrapée par la réalité, la majorité s’y voit finalement contrainte, bien qu’elle refuse de l’admettre.

Baisse des effectifs des agents communaux

Orientations budgétaires de Gentilly : le Monopoly tourne mal !Ainsi, en deux ans, la ville est passée de 615 employés municipaux (en 2014) à 560 (en 2016), soit une diminution de 9% des effectifs municipaux et 55 employés en moins. Si cela s’est fait en silence, il serait hypocrite de la part de l’opposition de ne pas saluer l’effort appelé de nos vœux depuis tant d’années. Toutefois, il est légitime de s’interroger et de savoir si ces réductions drastiques se sont faites dans le respect du sacro-saint « haut niveau de service à la population » affiché en permanence par la majorité. Permettez-nous d’en douter.

En effet, si la démarche a eu lieu en silence, c’est bien qu’elle n’est pas assumée car elle constitue un camouflet pour la gestion dépensière des communistes depuis des années. Par ailleurs, il y a de quoi s’inquiéter sur les choix de coupe budgétaire. En effet, nos rues ne semblent pas mieux entretenues et, malgré les recrutements importants au sein d’un service « Sécurité et Qualité de Vie Urbaine », la sécurité ne s’est guère améliorée. Ainsi, les Gentilléens constatent tous les jours la dégradation du service public et déplore cette gestion calamiteuse.

C’était pourtant l’occasion de repenser le service public de proximité, notamment avec l’apport du numérique. Afin de faciliter sa disponibilité et surtout d’améliorer la vie des agents. Il faudra donc attendre un changement de majorité.

Efforts sur les charges à caractère général dans ces orientations budgétaires

Cette année, la ville nous indique faire des efforts sur les charges à caractère général. C’est-à-dire être plus rigoureuse sur sa politique d’achat. C’est une bonne chose. Toutefois, il est étonnant que seule la diminution de coûts énergétiques en lien avec la géothermie soit actionnée. N’y a-t-il pas d’autres postes d’économie ?

Le résultat de toutes ces dépenses mal gérées, c’est la réduction de notre capacité à investir. Quid du collège Curie ? Il faudra attendre. Quid de la rénovation de l’église Saint Saturnin ? Pas d’actualité, comme tout le reste. En effet, cela est impossible avec l’endettement que porte la ville pour ses projets passés, malgré le soutien de l’Etat, notamment pour la rénovation du Chaperon Vert.

Du coup, deux solutions ont été choisies, la première, c’est de multiplier la construction de logement à Gentilly pour rendre la ville toujours plus dense et espérer que les impôts aideront. Toutefois, pas une seule fois, il n’est question de créer de l’emploi pour les Gentilléens. Pourtant, le taux de chômage sur notre ville est plus haut qu’ailleurs et les jeunes en sont les plus grandes victimes.

La seconde solution consiste à vendre nos bijoux de famille, c’est-à- dire les 23 millions d’euros de patrimoine foncier que possède la ville. Ainsi, d’ici à 2020, la majorité entend en vendre plus de la moitié afin d’éponger les dettes. C’est donc à une partie de Monopoly qui tourne mal à laquelle semblent jouer les communistes… et malheureusement, ce sont les Gentilléens qui trinquent !

Il est temps que cela s’arrête.

Par Benoît Crespin,

Président de Gentilly-Entente

Retrouvez les échos du Conseil du mois de février 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.