Stationnement payant, le compte n’y est pas !

En 2013, la ville de Gentilly est passée au stationnement payant pour les automobilistes. L’opposition s’était, à l’époque, associé à cette mesure malgré quelques réserves sur le refus de création d’une police municipale et un parking de l’église qui nous paraissait déjà utopique de faire fonctionner en espace clos. Le but était, alors, de lutter contre les voitures ventouses, aux abords du RER notamment, et de lutter contre les incivilités à l’égard des biens mais aussi des personnes au moyen de l’ilotage (surveillance à pied de la voie publique) du service Sécurité et Qualité de Vie Urbaine.

Une bonne idée peut vite se transformer en catastrophe si on ne prête pas attention à sa réalisation. Chantiers en retards, défauts en tout genre voire manque volontaire de prise en compte d’un bon sens évident… Ces écueils sont réguliers dans la politique municipale actuelle.

3 ans après, l’heure est au bilan et il n’est pas flatteur. Il convient donc d’améliorer le dispositif pour le confort de tous et la sécurité des Gentilléens.

La mise en place du stationnement payant n’aura pas échappé à cette triste règle. Les exemples sont légions. L’opposition n’a eu de cesse, pendant plus de deux ans, de demander quand les ASVP (Agent de la ville chargés de la verbalisation)seraient équipés d’un uniforme distinctif. Il aura fallu deux ans et demi pour les en équiper.

Pendant ces deux années, le parking de l’église aura connu, lui, tous les relooking : Tantôt payant, tantôt gratuit puis enfin payant mais avec un abonnement spécifique ! Pour ces changements des moyens de communication toujours plus inefficaces : une barrière avec une banderole (!), la neutralisation de la barrière (!!) et enfin un document spécifique. Bilan : un parking toujours aussi vide, même le dimanche alors qu’il est gratuit, et des voitures garées autour de façon toujours aussi anarchique.

Bien évidemment, le bilan économique du stationnement payant est désastreux, près de 275 000 euros de manque à gagner par rapport aux prévisions dont la municipalité et l’aménageur se rejettent la faute et rien n’est fait pour sortir de l’impasse.

Là dessus, le bon sens aurait été d’écouter l’opposition qui suggérait un parking à horodateur comme dans le reste de la ville. Le message est moins exclusif qu’une barrière à l’entrée. L’adage n’aura jamais été autant d’actualité : « C’est avoir tort que d’avoir raison trop tôt »

Pendant ce temps, au-delà des polémiques de garde-barrière. Le stationnement gênant est redevenu fréquent et nos trottoirs continuent d’être envahis de véhicules. Les mamans et les personnes à mobilité réduite en sont les premières victimes. Sans compter le stationnement sur les voies de circulation, devenu une règle.

Qu’en est-il de la lutte contre les incivilités ? Nous sommes au point mort. L’îlotage, n’est qu’une illusion. Et nous ne voyons guère le service Sécurité et Qualité de Vie Urbaine n’assurer que la surveillance du marché et des manifestations publiques. Bref, du travail de police municipale. Pendant ce temps, la verbalisation du stationnement est, elle aussi, irrégulière.

Ce sont donc les seuls Gentilléens, qui ont pris consciencieusement leur carte de stationnement, qui payent encore l’inconséquence de la municipale en place. Comme nous l’avions dénoncé, alors : le stationnement payant était bien un nouvel impôt pour les Gentilléens.

 

Par Jean-Brice Grenier

Conseiller municipal Gentilly-Entente

Retrouvez cet article sur le site de Gentilly-Entente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.